GA Packaging

  •   Patrick Paquier
  •   http://www.gapackaging.fr
  •   Parc d'Activité d'Alsace Bossue Rue de l'Atelier 67320 THAL-DRULINGEN

Spécialisée dans la fabrication d’emballages de luxe, GA Packaging se dote d’un «éco-calculateur » et modifie ses procédés de fabrication pour réduire ses impacts sur l’environnement.

"Nous souhaitons développer des produits éco-conçus en marque propre. L’une des pistes est de proposer des packagings qui pourront servir, après leur très courte utilisation, d’objets durables de décoration."

Monsieur Patrick PAQUIER, Directeur, GA Packaging

 

L’enjeu

Apporter une information fi able sur l’environnement pour se différencier de la concurrence.

GA Packaging développe son savoir-faire dans les domaines de l’impression, de la découpe, du façonnage du papier et carton, et du packaging. Partenaire de grandes enseignes de la mode, de la beauté et du luxe (Hermès, Baccarat…), cette PME dispose d’un outil de production permettant de réaliser des pièces uniques, moyennes ou grandes séries.

Son expertise repose sur la conception de coffrets de présentation, de boîtes à bijoux où elle déploie une forte capacité d’innovation. L’entreprise s’est engagée dans une démarche environnementale pour réduire ses coûts de production et ses impacts sur l’environnement mais aussi pour fournir à ses clients des informations environnementales fi ables. GA Packaging s’est engagée dans le programme CIMECO ® avec deux objectifs :

Créer un outil d’évaluation afin de mesurer l’impact environnemental des matériaux et de ses choix de conception ;

Engager des actions concrètes sur son mode de fabrication pour réduire ses impacts sur l’environnement.

 

La démarche

Disposer d’un outil de calcul pour hiérarchiser les actions d’éco conception.

GA Packaging s’est d’abord appropriée les outils d’éco-conception afin de modifier la conception de ses produits et certains de ses procédés de fabrication.

En collaboration avec le Pôle Fibre, l’entreprise a créé un « éco-calculateur », outil de calcul basé sur une méthode d’ACV simplifiée (analyse du cycle de vie)  « craddle to gate » : cet outil englobe donc toutes les étapes du cycle de vie (matières premières, production, transport, emballages primaires et secondaires, et livraison client) hors la fi n de vie du produit. Elle utilise cet outil pour hiérarchiser ses choix de conception et adopter les solutions les moins impactantes.

 

L’éco-conception en actions

Mesurer et simuler l’impact environnemental des choix de conception des packagings.

L’éco-calculateur se présente sous la forme d’un tableur simple d’utilisation avec deux fonctions de calcul : la mesure des impacts selon les différentes étapes du cycle de vie et la simulation des choix de conception associant plusieurs matériaux, selon 4 critères : les émissions de gaz à effet de serre, la consommation d’eau, l’eutrophisation et l’acidification. L’entreprise utilise systématiquement cet outil dans la phase de prototypage et communique les données environnementales à ses clients. Cela lui permet de se différencier de la concurrence.

Réduire l’impact sur l’eau et la production de DIB dans les procédés de fabrication.

La démarche d’éco-conception a mobilisé les salariés de l’atelier pour trouver des solutions qui réduisent notamment les chutes de fabrication et la pollution de l’eau :

• Evolution de la politique d’achat : l’entreprise associe souvent le carton à d’autres matières (mousse, plastique) notamment pour le calage et travaille activement via son bureau d’étude, à la recherche de matériaux alliant des caractéristiques écologiques à des coûts économiques cohérents.

• Récupération des colles et réutilisation de l’eau décantée : les colles d’origine animale (à base de gélatine) utilisées pour la fabrication des packagings ne sont plus rejetées dans le réseau d’eaux usées sans prétraitement. L’entreprise a installé un bac de décantation permettant de les récupérer et de les réutiliser, l’eau décantée sert à nettoyer les machines.

Diminution des chutes de fabrication : l’activité conduit à une grande quantité de chutes de carton (entre 40 et 55%, soit 280t/an) qui partent dans les filières de recyclage.  

Pour réduire ces déchets à la source, l’entreprise a choisi des formats de carton plus grands qui permettent d’utiliser de façon plus optimale la surface de travail et ainsi de réduire les chutes d’environ 10%.

 


Modéré par : Coline Fillon


  • Publié le 14 décembre 16
    par ABDEREZAK GHENAI
    Vue 2350 fois

  •  Emballage
     PME
      gamme de luxe
      packaging
      emballage
      logistique
      carton
      éco-innovation
      affichage environnemental
      éco-calculateur