Meyer-Sansboeuf

  •   Benoît Basier
  •   161 rue Théodore Deck 68500 GUEBWILLER

PME leader sur son marché, Corderie Meyer-Sansboeuf s’engage dans programme CIM-ECO ® pour dynamiser sa R&D et se différencier de sa concurrence.

« La démarche d’éco-conception, et son impact sur notre R&D, est une vraie révolution pour l’entreprise. Le défi est de convaincre les acheteurs qu’un éventuel surcoût est largement compensé par la valeur ajoutée sociétale et environnementale de nos produits » - Monsieur Benoît BASIER, PDG, Corderie Meyer-Sansboeuf

L’enjeu

Mettre l’environnement au cœur de la démarche de croissance de l’entreprise.

Entreprise créée en 1881, Corderie Meyer-Sansboeuf est reprise en 2007 avec la volonté de la nouvelle direction de redonner du sens et de la pérennité à l’entreprise, notamment par une meilleure prise en compte de l’environnement. L’entreprise est leader sur le marché de la ficelle alimentaire (60% du CA) avec également des positions fortes sur la ficellerie pour le nautisme (30% du CA) et les applications industrielles. La quasi-totalité de sa production est réalisée en France. Meyer-Sansboeuf a la conviction que l‘éco-conception est un facteur clé de différentiation par rapport à sa concurrence. Elle s’est engagée dans le programme CIM-ECO ® avec deux objectifs :

Restructurer sa démarche de R&D afin d’intégrer l’éco-conception,

Mettre sur le marché une ficelle pour le jardinage100% éco-conçue, segment où elle perdait des parts de marché.

 

La démarche

Dynamiser la politique de R&D en intégrant l’éco-conception.

Sous l’impulsion du programme CIM-ECO ®, l’entreprise a mis en place une nouvelle organisation de sa recherche moins pyramidale avec des groupes transversaux impliquant tous les services clés pour la conception des produits (commercial, marketing, recherche).

Cette nouvelle organisation a permis à l’entreprise de sortir en seulement 18 mois 78 nouvelles références alors qu’il lui fallait auparavant 5 ans pour mettre sur le marché une seule fi celle. L’éco-conception est un élément clé de sa démarche d’innovation avec la réalisation d’une analyse du cycle de vie (ACV) sur une ficelle en lin pour le jardinage. Cette ACV a permis à l’entreprise de considérer ses produits avec un œil neuf et de pointer les divers axes d’amélioration.

 

L’éco-conception en actions

Choisir des matériaux en fonction des différents usages des fi celles : l’alimentation et le jardinage.

L’entreprise a travaillé sur deux produits : une nouvelle ficelle alimentaire et une ficelle pour le jardinage. La ficelle alimentaire devait respecter la nouvelle réglementation européenne n°10/2011. Cette dernière oblige la conception d’une ficelle qui évite la migration de substances toxiques sur les aliments sous l’effet de la chaleur (constituants de colorants, bisphénols, métaux lourds tels que le plomb, le mercure). Pour ce produit, l’entreprise a utilisé une matière première synthétique à base de polymères. Les matières naturelles, comme le lin, ont un effet « migration »  incompatibles avec la réglementation. Avec cette nouvelle ficelle alimentaire, Meyer-Sansboeuf est une des premières entreprises européennes à mettre sur le marché un produit respectant ces nouvelles règles en matière d’alimentarité.

La réalisation d’une ACV pour pointer les axes d’amélioration dans la conception de la fi celle en lin.

L’autre produit sur lequel a été menée une démarche d’éco-conception est une corde en lin pour le jardinage.

Dans la conception de la ficelle, l’entreprise a mis la priorité sur des solutions qui limitent les émissions de gaz à effet de serre et favorisent les matières premières naturelles renouvelables :

• Choix des matières premières : à la place de matières synthétiques, l’entreprise a choisi un lin produit en France et en Belgique.

• Un procédé de production moins polluant : l’entreprise a supprimé la phase d’enduction et de polissage (avec des solvants) généralement mise en oeuvre pour donner une meilleure apparence au produit et le rendre plus solide. L’entreprise a considéré que pour le jardinage l’aspect « brut » ne posait pas de problème. La solidité de la ficelle est obtenue par une technique spécifique de torsion des fibres de lin. Cette action a permis de réduire le coût de revient de la ficelle de 10%, notamment grâce aux économies d’énergie liées à la suppression de la phase de polissage.

• Un emballage en carton : à la place de l’emballage plastique, l’entreprise a conçu un emballage en carton recyclable qui réduit les émissions de gaz à effet de serre de 75%.

• Une réflexion sur la logistique : l’ACV a permis à l’entreprise de comparer les émissions de gaz à effet de serre en fonction des différents modes de transport et de la localisation de ses fournisseurs. Il est apparu que le choix des modes de transport (transport routier vs transport maritime) est plus impactant pour l’environnement que la distance parcourue. Ainsi, un trajet en camion depuis la Belgique est 4 fois plus polluant que le trajet Egypte-Anvers-Alsace en bateau puis camion.

 


Modéré par : Coline Fillon


  • Publié le 14 décembre 16
    par Utilisateur
    Vue 354 fois

  •  AgroAlimentaire
     production france
      stratégie d'entreprise
      jardinage
      management environnemental
      alimentation
      ACV
      logistique
      éco-innovation