Ondaine Agro : Le recyclage du pain

  •   Thierry Bruyère
  •   tcbruyere⌈arobase⌉gmail⋅com
  •   http://www.ondaine-agro.com
  •   138 Rue de la République 42500 Le Chambon-Feugerolles

Ondaine Agro : Le recyclage du pain

Economie circulaire dans la filière du pain 

 

Ondaine Agro : Identité

Marché : vente d’aliment pour élevage, 
Amorce à poisson pour la pratique de la pèche, 
aliment pour volaille particulier.

Nb d’employés : 15 à 26h/ semaine (emploie en réinsertion),  
soit plus de 11 emploie équivalant temps plein.

Année de fondation : octobre 2014

Localisation : le Chambon Feugerolle (42 - loire)

http://www.ondaine-agro.com/

 

Cette vidéo a été réalisée par La Fondation d’entreprise AG2R La Mondiale suite au prix « Coup de Coeur des Assurés » décerné à l’Association Ondaine Agro

 

Idée de départ :

QUOI ? L’activité d’ONDAINE AGRO consiste à récolter le pain non consommé dans les boulangeries et grandes surfaces notamment, de le trier (enlever les emballages, le pain moisi…) de le trancher, le faire sécher (pour le conserver) le broyer, afin d’obtenir une panure qui sera vendue en tant qu’aliment pour les animaux.

OU ? La zone de chalandise pour la récolte et la commercialisation est de Monistrol sur Loire pour la Haute Loire, Montbrison pour la Plaine et les portes de Lyon pour le Rhône, soit dans un rayon d’environ 30 km autour de St Etienne.

POURQUOI ? Thierry Bruyère, dans une ancienne vie était directeur d’une grande surface spécialisée dans le bricolage, chef de secteur dans une grande surface et directeur d’une agence immobilière.  Il y a encore peu, il avait souhaité se réorienter dans le domaine social. Après une reprise d’études conclue par l’obtention d’un master 1 Management de l’insertion dans l’économie sociale et solidaire, il a créé Ondaine Agro après être allé observer plusieurs structures du même type en Bretagne sur ce model et avoir trouvé le financement. Cela lui a pris un an pour réunir plus de 100 000 euros provenant de fondations privées nécessaires à l’investissement dans « un matériel performant qui permette un travail de qualité ».

 

Enjeux environnementaux :

La vocation de cette nouvelle activité s’inscrit également dans des enjeux écologiques forts : diminution des déchets, et valorisation de ceux-ci. En effet, le pain, au lieu d’être enfoui dans des décharges ou incinère, réduisant ainsi le volume de déchet ultime, sera finalement recyclé permettant ainsi la nourriture d’animaux (ruminants, porcs, volailles). Ce qui a pour conséquence, la diminution de production de céréales. 

La valeur nutritive des produits ONDAINE AGRO à partir de pains séchés, tranchés et broyés en panure, est équivalent à celle des céréales notamment le blé (près de 3000 Kcal/Kg)

Pour faire fonctionner cette structure, des camions sillonnent la région Stéphanoise de Firminy à Montbrison, récoltant le pain dans les boulangeries et les grandes surfaces. Les normes sont très strictes et pour des raisons d’hygiène, il est impossible de recueillir le pain des particuliers. La seconde phase est le tri, il consiste à ôter les emballages, écarter les pains moisis et ceux qui contiennent lait, crème et viande, pour ne pas affecter la production. Le pain est tranché, déposé dans des panières et direction les salles de séchage.

Pendant une dizaine d’heures, le produit est chauffé à 30/35°C, un procédé qui ventile et aspire l’eau pour arriver à environ 13% d’humidité. Il est ensuite broyé pour obtenir des grains de 6 à 14 millimètres de diamètre et devient alors consommable. Le produit fini est commercialisé en « Big Bag » de 700kg auprès des agriculteurs pour nourrir les vaches laitières, les porcs et les volailles.

Il est prévu une commercialisation dans les jardineries en conditionnement de 20 Kg pour les poules de particuliers.

 

Réflexion cycle de vie :

Matière première :

Récupération de pains destinés à être jeté à la poubelle, donc en centre d’enfouissement technique et en incinérateur. Ondaine Agro participe à la réduction du gaspillage alimentaire dans une logique d’économie circulaire. 30 tonnes le mois de juin 2015.  La provenance se réparti à environ 40% en grande surface et 60% en boulangerie.

 

Transport :

Nous voulons densifier notre collecte ainsi, nous avons mis en place un indicateur, il faut que globalement une collecte soit au dessus de 5 kg / km parcouru, avec une moyenne à 9kg par km parcourus. Une tournée regroupe entre 15 et 20 points de collectes.

 

Transformation :

67 % de la masse collectée est valorisé en produit final, sachant qu’environ 18% représente l’évaporation lors du séchage. Le reste étant les emballages (sac de boulanger et autres emballages individuels), et le refus de tri (les pains moisis et ceux qui contiennent lait, crème et viande).

Le séchage est effectuer dans les cagette en plastique, afin de réduire la quantité d‘énergie nécessaire à la monté en température du process.

 

Utilisation :

C’est une nourriture animale (vaches laitières, les porcs et les volailles) de substitution par rapport à la culture de céréale. Les éleveurs achètent des big bag de 600 à 750 kg. L’autre filière est destinée à l’alimentation des volailles des particuliers via les magasins de jardinage.

Un nouvel axe de commercialisation vient de voir le jour avec la vente de la panure à des fabricants d’amorce de pêche

 

Fin de vie :

Les refus de tri sont compostés en partenariat avec des lycées agricoles de la région.

Les emballages sont trié et orienté vers les bonnes filières.

 

Notre défis de tous les jours et d’équilibrer nos entrants et nos débouchés, tous en gérant de plus en plus de tonnage. 

« Par notre intermédiaire, ce sont chaque mois environ 20 et 30 tonnes de pain qui ne finissent pas enfouies dans des décharges, indique son directeur. Il était important de lutter contre ce gaspillage et nous espérons doubler ce tonnage d’ici trois ans. Au final, 100 % de ce que nous collectons est recyclé : le pain non transformés est mis au compost au lycée de Montravel, à Villars, tandis que les emballages sont triés et valorisés. »

 

Au delà des aspects environnementaux :

Le cœur du métier est l’accompagnement des personnes en grandes difficultés sociales et professionnelles vers un emploi durable grâce à des contrats d’insertion. Cette activité permet le développement de plusieurs compétences transférables :

Le tri, avec le respect des règles au niveau de l’hygiène
La production et la manutention avec le tranchage et le broyage
La vente avec l’accueil de clients, la responsabilisation de la tenue d’une caisse
La collecte / la livraison

Les salaries en contrats d’insertion sont accueillis via un contrat de travail à durée déterminée d’insertion (CDDI) de 4 mois avec possibilité de renouvellement avec une durée maximum de deux ans. Le temps de travail sera de 26h/semaine 

Nous avons estimé qu’il faut environ une personne pour traiter 100 kg par jour. 

« Le but, ajoute Thierry Bruyère, c’est de les amener à reprendre goût au travail, à réapprendre à respecter des horaires, une hiérarchie et que l’on construise ensemble un parcours, avec un emploi durable et/ou une formation diplômante au bout. » 

 

 

Et un rôle éducatif sur le gaspillage :

Par ailleurs, notre structure aura aussi la volonté de sensibiliser les enfants des écoles primaires sur le gaspillage alimentaire dans les pays industrialisés. Ceci pourra être effectué par un encadrant et un salarié en insertion lors de demi-journées d’informations (sûrement à compter de la 2ème ou 3ème année)

 

Perspectives :

Les nouveaux objectifs ont été révélés : « Nous espérons atteindre 18 salariés fin 2015, et notre ambition est la valorisation des huiles de friture usagées en BIODIESEL. La destination sera les agriculteurs mais aussi les collectivités, notamment SEM pour alimenter le stade Geoffroy Guichard.»

 

Déchargement

 

Tri

 

Découpage

 

Séchage

 

Thierry Bruyère, Directeur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Modéré par : Coline Fillon


  • Publié le 14 décembre 16
    par Loïs Moreira
    Vue 4776 fois

  •  AgroAlimentaire
     économie circulaire
      filière agroalimentaire
      valorisation des déchets
      éco-socio-conception
      insertion sociale
      éducation