ROSSIGNOL District cruiser

Nous sommes très fiers d’annoncer le lancement d’un nouveau produit éco-responsable chez Rossignol.

L’idée est venue d’un groupe d’employés qui fabriquaient des longboards à partir de snowboards en fin de vie ou de rebuts. Constatant que ces longboards fonctionnaient bien, nous avons eu l’idée de nous servir de snowboards condamnés à la destruction pour développer une longboard afin de réduire notre impact sur l’environnement tout en concevant un produit de qualité. L’entreprise qui conçoit déjà des produits dans le respect de l’environnement ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et vous devriez voir arriver d’autres produits conçus d’après la même réflexion : le reuse est une des solutions à promouvoir pour l’avenir, nous en sommes certains.

 

Nous avons choisi d’utiliser la District 155 et 159 comme base de travail, nos ingénieurs ont déterminé le meilleur entraxe pour obtenir deux longboards au comportement semblable :accessibles et joueuses, parfaites pour le cruising. La construction performante d’un snowboard alliant noyau bois, fibre de verre et renforts latéraux, donne à la District Cruiser un flex hors du commun sur le marché. C’est ce flex incroyable qui donne à ce longskate une si grande accessibilité et un pompage efficace et facile pour cruiser en gardant les deux pieds sur la board.

La District cruiser est le compagnon idéal pour se déplacer quotidiennnement en ville ou en bord de mer tout en respectant l’environnement ! Se déplacer pour aller à la fac, au boulot ou à la plage n’aura jamais été aussi simple, rapide, fun et écolo !

 

L’équipe :

 

 >Nicolas Puget s’occupe de la recherche et innovation pour le groupe rossignol, il est notamment très moteur sur les projets dit « responsables ».

>Arnaud Repa, notre bible de la culture snow/skate, met en avant tout ce qui peut être intéressant à découvrir sur la gamme snowboard : textes, images, décors, technologies, partenaires et tout ce qui concerne le marketing et la communication.

 >Vincent Gelin est notre dernière recrue, il représente la nouvelle génération et prend en charge le développement des projets snowboard/fixation de moyens terme et qui demandent beaucoup d’heures de dessins techniques, de prototypes, de tests…

>Adrien Reguis a pour principale mission d’assurer que tout se passe bien sur la partie développement des produits snowboard.

>Laure Jarlaud coordonne les démarches environnementales au sein de la direction industrielle

 

 

Le projet longskate :

 

L’origine (ça se passe au siège social de rossignol) :

D’un côté, une poignée de passionnés de longboard et planches qui glissent en tout genre aimerait bien mettre sur roulettes des snowboards inutilisables ;

Pas très loin (parfois les mêmes), des esprits sensibles aux notions de « Reduce, Re-use, Recycle » rêvent de porter un projet « écoresponsable » ;

Dans le bureau d’en face, de grands responsables industriels et logistique voient des produits passer du centre de profit au centre de coût à cause d’un défaut mal placé ou d’un décor mal cadré.

 

La convergence :

Ces gens se sont croisés, se sont parlés, se sont réunis puis organisés pour concrétiser l’idée de fabriquer des planches de longboard à partir de snowboards non commercialisables. Ainsi sont nées 300 planches de « longskate cruiser » issues d’un stock de snowboards voués à la destruction à cause d’une légère tache jaunâtre non prévue (et plutôt inesthétique) sur le décor.

 

Les opportunités :

Ce petit projet dont l’impact sur la marque est presque insignifiant en tire ses avantages : il ne présente que très peu de risque financier et d’image pour l’entreprise, il peut donc servir de poisson pilote sur plusieurs axes :

>Ecologique : revaloriser des produits défectueux pour réduire les déchets.

>Economique : réduire le coût des rebuts et leur donner une nouvelle valeur économique.

>Commercial : diversifier l’offre et les réseaux de distribution rossignol.

 

L’effet boule de neige :

Nous sommes fier aujourd’hui de pouvoir proposer un longskate cruiser accessible à tous et qui permet de se déplacer tranquillement en ville pour aller de la maison au travail, en passant par la boulangerie ou la salle de cinéma, éviter les bouchons et s’arrêter au parc, en bref se faire plaisir.

Les planches sont découpées, assemblées, empaquetées, en stock et disponibles sur le site en ligne.

Il suffit de les commander pour les recevoir.

Il suffit… encore faut-il le savoir !

Personne n’attend Rossignol sur ce genre de produit, nous ne sommes pas sur les réseaux de distributions ou de médias « longboards » et nos moyens de communication sont proportionnels au petit chiffre d’affaire généré par ce petit projet..

En clair, notre mission à ce stade est donc d’en parler le plus possible aux oreilles des gens, leur mettre les pieds sur la planche à roulette, la faire connaitre, la faire adopter car si ce projet rencontre son public, il pourrait bien provoquer un effet papillon et donner des ailes à d’autres projets du même acabit (ou plus ambitieux peut-être ?).

 

PS : Conviction et optimisme sont l’essence de notre motivation qui, nous espérons, pourra faire évoluer notre entreprise durablement vers cette philosophie de développement « responsable ».


Modéré par : Coline Fillon


  • Publié le 14 décembre 16
    par Loïs Moreira
    Vue 1687 fois

  •  Sport
     économie circulaire
      stratégie d'entreprise
      image
      action collective
      opportunité
      bois