Dimensionner sa démarche d'éco-conception

Dès lors que la direction est convaincue de l’intérêt de démarrer un processus d’éco-conception et qu’elle s’y investit de façon active, la démarche peut être initiée sur une base saine et fédératrice.

 

_Prise de position stratégique

L’objectif de cette partie est de définir le positionnement d’une entreprise. Pour cela il faut que l’entreprise évalue toutes ses opportunités de se lancer dans une démarche d’éco-conception et les confronter à ses capacités internes à intégrer ce type de projet.

Ainsi pour définir la conduite à tenir l’entreprise définit s’il est pertinent de s’engager aujourd’hui dans la démarche l’éco-conception et estime jusqu’à quel point elle peut s’y engager. Il faut bien comprendre qu’il y a une notion de temporalité, en effet, il faut commencer au bon moment, ni trop tôt (le marché n’étant pas prêt), ni trop tard (tous les concurrents sont engagés sur ce sujet), ceux-ci représentent une cause d’échec d’un certains nombre de projets. Le risque est de commencer trop tôt, d’avoir une mauvaise expérience par des retours-marché médiocres, d’abandonner le sujet, d’attendre que les concurrents prennent position, de revenir sur l’éco-conception trop tard. Ainsi cette étude de positionnement stratégique peut se faire régulièrement, par exemple avant chaque nouvelle évolution, projet ou demande client.

Le Pôle éco-conception vous propose un outil d’auto-évaluation du positionnement. Il se compose de deux matrices à remplir : une pour les opportunités, l’autre pour les capacités internes, et d’une cible de positionnement.

Le renseignement de l’outil est réalisé par la direction seule ou avec son équipe rapprochée, participant à la définition de la stratégie d’entreprise. Pour bien la renseigner, il faudra demander des informations plus factuelles aux collaborateurs des services concernés.

Cependant les collaborateurs peuvent également commencer à renseigner l’outil, avant la direction pour la convaincre et l’informer de la position actuelle de l’entreprise vis-à-vis de l'éco-conception, et de tous les autres enjeux liés à cette thématique.

Ce travail préliminaire des collaborateurs est intégré à l’étape « faire vivre le concept ». Les matrices n’ayant pas forcément besoin d’être finalisées, seule la direction peut orienter, et peser suffisamment pour rechercher les bonnes informations.

 

 _Opportunités pour l'éco-conception

Il est important de jauger les opportunités d’une entreprise afin d’identifier le potentiel d‘un projet d’éco-conception. Si vous surestimez vos opportunités vous risquez de faire échouer votre démarche car elle sera « trop » ambitieuse et n’obtiendrez pas les bénéfices escomptés, si vous les sous-estimez vous risquez d’être « doublé » par la concurrence perdant ainsi des marchés.

Ainsi plusieurs opportunités sont à prendre en compte.

_MARCHÉ, c’est la PRINCIPALE des motivations, mes clients me demandent directement ou indirectement d’intégrer des notions environnementales dans mes produits ?

_CONTEXTE, notre secteur d’activité ou nos produits font régulièrement la une des journaux, subissons-nous, pressions médiatiques, prises de position d'ONG,  attentes exprimées des diverses parties prenantes ?

_CONCURRENCES, a t-elle déjà pris partie ? La lecture de leurs prises de position peut être contradictoire. Globalement, mes concurrents éco-conçoivent, je me place en suiveur sur ce sujet et joue une autre carte pour me différentier, ou je pousse le concept plus loin, au risque de trop devoir investir.

Autre cas, aucun concurrent n’est visiblement engagé en éco-conception, mais le sont-ils sans l’afficher, ou ne sont-ils effectivement simplement pas engagés sur ce sujet ? S’ils ne le sont pas, peut-être qu’il n’y a pas d’enjeux ou de marché ? Pourquoi suis-je le seul à penser que cela va fonctionner ? Plusieurs stratégies : suiveur passif, suiveur actif, meneur, ou d’autres voies possibles de différentiation.

_RÉGLEMENTATION, en existe-t-elle concernant mon type de produit et l’environnement, ou qui devrait être divulguée à moyen ou long terme, de façon directe et/ou indirecte, sur l’ensemble du produit ou concernant une seule sous-partie ?

_IMAGE – NOTORIÉTÉ, Promouvoir et faire connaître par le biais de l’éco-innovation l’entreprise en général et spécifiquement, par le biais des produits.

_SOUS-TRAITANT, sont-ils force d’innovation, en ont-ils la capacité ? Avons-nous analysé les diverses offres ? Sommes-nous dans une relation de partenariat et de confiance (co-développement) ?

_COUT GLOBAL, mes clients sont-ils attentifs aux critères "hors prix" (performance, efficience, service rendu…) ? Et en approche du coût global sur le cycle de vie complet (coût d’achat + usage + fin de vie) ?

_MOTIVATION INTERNE, Fédérer notre équipe autour d'approches innovantes, en lien avec l’approche éco-citoyenne et métier, renforcer l’attachement à son entreprise. Renforcement du dialogue inter-service.

_DIVERSIFICATION, sur la base du savoir faire de mon entreprise, est-il envisageable de le transposer a un autre produit et/ou un autre marché ? 

_ MAÎTRISE du RISQUE, l’éco-conception offrira une meilleure vision du cycle de vie, par conséquent, une bien meilleure sensibilité à la maitrise du risque sur celui-ci.

_ REDUCTION des COUTS, matière première et fabrication

Ainsi une juste estimation de vos opportunités vous permettra de mieux identifier une situation propice à l’éco-conception dans votre entreprise.

 

_Capacités d'intégration de l'éco-conception

Ces opportunités sont à contre balancer face aux capacités propres de l’entreprise à s’investir dans un projet d’éco-conception. Il est important d’évaluer ces paramètres afin de les mettre en perspectives toujours dans l’objectif de proposer un juste dimensionnement de la démarche. Avec de trop « faibles » capacités vous risquez de ne pas pouvoir mener à bien le projet. Ainsi ces critères de capacité sont autant de facteurs à prendre en compte pour la réussite de la démarche.

Ainsi plusieurs capacités sont à prendre en compte.

_POLITIQUE INTERNE, La direction et les équipes d’encadrement de l’entreprise, sont-elles sensibilisées ? La direction est-elle motrice dans la prise en compte des enjeux environnementaux ?

_MARKETING, Avez-vous une bonne connaissance des besoins et attentes émergentes du marché ? Quels sont les retours marketing ? Quelles sont les études menées ? Quelles en sont les conclusions et les orientations déduites ?

_MANAGEMENT, Avez-vous déjà intégré l’environnement dans la gestion de vos activités ? Est-il nécessaire de former les équipes d’encadrement à cet objectif ?

_MOYENS DISPONIBLES, Etes vous en mesure de consacrer un investissement humain et/ou financier en vue de développer une nouvelle offre ? Vos équipes sont-elles formées à l’éco-conception ?

_POLITIQUE ACHAT, Interrogez-vous vos fournisseurs sur les caractéristiques de leurs offres ? Leur demandez-vous des informations environnementales ?

_RESSOURCES INTERNES, Avez-vous un service R&D et/ou un bureau d’études ? Ces services sont-ils formés à l’éco-conception ?

_REGLEMENTATIONS et PRATIQUE de VEILLE, Connaissez-vous et respectez-vous les réglementations relatives aux contraintes environnementales vous concernant ? Connaissez-vous les évolutions des technologies ? Les nouvelles offres et celles à venir ? Suivez-vous les projets de réglementation pour anticiper les réglementations à venir ?

_FORCE DE VENTE ET DE COMMUNICATION, Maitrisez-vous l’argumentaire de vente de votre offre ? Vos commerciaux auront-ils la pleine maîtrise de l’argumentaire environnemental ?

_MAITRISE DE LA CONCEPTION, Avez-vous la maîtrise de la conception de votre produit ? Si je n’ai pas la maîtrise totale, Quels sont les acteurs qui co-développent ? Qui produit ce que je conçois ? Quelles sont mes marges de conception ?

_CONDUITE DE PROJET, Avez-vous une bonne expérience de la conduite de projet ? Si ce n’est pas le cas, en avez-vous compris les raisons et avez-vous corrigé les erreurs ? La structuration de votre entreprise doit permettre une conduite de projet efficace.

 

Ces paramètres non exhaustifs, sont à enrichir et à compléter selon vos critères. Ainsi cette réflexion vous permettra d’estimer votre capacité à éco-concevoir mais également à identifier les points les plus critiques bloquant vos désirs d’entreprendre l’éco-conception.

L’approche des opportunités / Capacités, co-développé avec la CCI Auvergne

_Exemple de format de matrice


_ Cible de positionnement

La synthèse des opportunités et des capacités vous permet d’évaluer la pertinence d’investir la démarche d’éco-conception et/ou d’identifier les points sensibles à améliorer avant de se lancer.

Lorsque le positionnement de l’entreprise est défini il faut agir en conséquence, et il n’est pas systématiquement pertinent de se lancer immédiatement dans la mise en œuvre de l’éco-conception. La réussite de la démarche se base sur le positionnement de la stratégie de l’entreprise dans un contexte donné. À partir de cette connaissance fine de la situation globale, la direction pourra DIMENSIONNER un projet à la mesure des multiples enjeux.

 

La direction pourra ainsi déterminer les ressources qu’elle mettra à disposition de la mise en œuvre de la démarche. (Personnels, finances, outil, objectifs, délais …)