Évaluation environnementale comparative

Cette étape permet de répondre aux questions : Comment être sûr que mon produit est plus « écologique » que le produit de référence ? Quel outil utiliser ? Comment m’y prendre ? Que faire du bilan environnemental du produit de référence ? Quelle maitrise des transferts d’impacts ? Quel niveau de compréhension de ces transferts ? Sont-ils justifiés et argumentable ?

 

Cette étape nécessite de procéder une évaluation environnementale de la solution retenue, suivant la même méthodologie (hypothèses, champs d’étude, bases de données, formule de calcul, …) que celle réalisée pour le produit de référence. Une fois cette évaluation accomplie, la comparaison des deux évaluations sera possible.

 

Évaluation environnementale

L’évaluation environnementale de la solution choisie, doit se faire dans les mêmes conditions que celle du produit de référence. Par exemple, nous rappellerons le cabinet conseil, ou si l’entreprise a la charge de ces études, elle recommencera la même procédure avec le nouveau produit théoriquement éco-conçu.

La démarche à suivre pour l’évaluation environnementale reste inchangée :

-     La formulation de la (ou des) fonction(s) « vitale(s) » du produit, des hypothèses de travail et les indicateurs de suivi de l’impact, restent inchangés et ne doivent pas être modifiés pour garantir la comparaison environnementale à venir.

-     La collecte des données, informations, valeurs utiles à l’évaluation doit être reprise spécifiquement pour la nouvelle solution/ le nouveau scénario éco-conçu.

-     Calcul et/ou évaluation de l’impact environnemental en fonction des nouveaux paramètres de la solution choisie.

-     Éditer le nouveau bilan environnemental de la solution retenue (éco-conçue).

 

Comparaison environnementale et bilan

Avec cette nouvelle évaluation deux tâches sont à accomplir. Il faut tout d’abord comparer les deux évaluations environnementales pour vérifier que la solution sélectionnée est réellement moins impactant que le produit de référence. Ensuite il faut veiller à ne pas avoir fait de transfert d’impact, ou dans des proportions moindres au regard des gains globaux.

Dans le cadre d’une solution choisie ayant un transfert d’impact deux solutions s’offrent à l’entreprise : soit justifier ses choix, soit revenir dans la démarche de sélection.

Dans le cadre où la solution choisie ait un impact environnemental plus fort que la solution/le produit de référence, il est conseillé de reprendre l’étape précédente de choix des solutions. Ce cas ne devrait jamais arriver si la démarche est suivie avec rigueur et sans préjugé initial.

 

Félicitations, nous venons ensemble d’éco-concevoir un produit. Reste à le vendre !


Partager: