Aide aux décisions d'éco-conception


Études technique-économique et sélection des solutions

Cette étape permet de répondre aux questions : Comment choisir la solution optimale au regard de mes contraintes ? A quoi dois-je faire attention ? Dans quelle mesure dois-je doser mes compromis enviro-technico-économique ?

 

Solution technique

Les collaborateurs reprennent leur fonction, afin de proposer des éléments factuels sur chaque solution pressentie lors de l’étape précédente dans le but de choisir en toute connaissance, les solutions retenues pour notre produit. Cette étape est indispensable au  compromis final.

Il faudra : Consulter nos sous-traitants et analyser leurs propositions, trouver d’autres sous-traitants en cas de changement majeur, étudier les coûts, si notre usine a des procédés capables, sinon voir les investissements possibles et les délais de mise en place, lancer de nouvelles études de dimensionnement des solutions, des tests de robustesse, des consultations sur les changements logistiques, réaliser des tests clients / utilisations / acheteurs / consommateurs, des tests de séparabilité / SAV, tests d’intégration dans les filières fin de vie, identifier les points bloquant, … et la pertinence environnementale de chaque solution et/ou d’un ensemble de scénarii de solutions à développer.

Dans cette phase du projet, le travail d’Ingénieur reprend tout son sens, et n’est pas uniquement lié à une démarche d’éco-conception. La définition des solutions techniques peut prendre du temps et dépendra du cadrage préliminaire, des objectifs à atteindre et du niveau d’intégration de l’éco-conception du projet.

 

Sélection des solutions

Lors de cette étape, il faut réaliser la sélection des solutions au regard des contraintes fournies dans le cahier des charges et des connaissances techniques apportées dans la phase précédente. Pour cela, les méthodes de sélection habituelles pour la conception sont bienvenues. Ici, une matrice de synthèse des différents scénarii possibles d’éco-conception peut être établie suivant divers critères ; matrice dans laquelle nous retrouvons l’intégralité des exigences de performances du cahier des charges, mais également d’autres critères comme la faisabilité technique, les coûts, attentes clients, environnement, réglementation, délais, risques…

Le choix final se fait suivant le cahier des charges avant tout, puis, au moyen de compromis parmi les autres aspects, dont l’environnement. La sélection de solution(s) se fait bien évidemment par jeu de compromis.

Après un premier tri, un jeu de solutions va être sélectionné et plusieurs solutions resteront possibles. Un second tri sera alors à réaliser. Une des possibilités de tri est de choisir parmi plusieurs scenarii d’évaluations environnementales comparatives (décrites dans la partie suivante).

 

_Exemple de compromis

 

Méfions-nous des préjugés en éco-conception

Nous avons tous des préjugés sur l’impact environnemental des produits, car en tant que citoyen nous baignons dans un univers médiatique qui s’exprime parfois, au sujet de l’environnement, de façon maladroite et réductrice, aussi ces préjugés peuvent influencer notre vision du cycle de vie des produits qui nous entourent. Comme par exemple le transport très souvent décrié, mais ne représentant pas forcément les plus gros enjeux environnementaux d’un produit surtout sur ceux  à longue durée de vie. Il faut faire très attention, et justifier chaque « gain environnemental ». Supprimer une substance sensible n’est peut-être pas la bonne solution. En effet, si cette substance est capitale dans l’obtention de la qualité-performance attendue par le client, il faut trouver une solution de substitution permettant d’atteindre une qualité équivalente ou supérieure ou bien justifier une qualité inférieure acceptable pour le client. Ainsi une substance sensible, peut persister dans l’élaboration d’un produit éco-conçu dans l’attente d’une solution de remplacement réellement équivalente.

Exemple : Un fabriquant de vêtements techniques, en maîtrise absolue de l’éco-conception dans son domaine (plusieurs dizaines d’années d’expérience) sachant que son plus gros enjeu est la fabrication du Gore-Tex®, ne peut pas s’en passer, se situant sur le créneau du vêtement technique. Ce textile est actuellement, en l’état des connaissances, le meilleur TECHNIQUEMENT des matériaux. Ne pouvant pas s’en passer, il lance des programmes de recherche d’amélioration des procédés de fabrication et  parallèlement d’autres programmes de substitution.

 

C’est pour cela qu’une évaluation environnementale comparative est nécessaire.